Mémoires d’un homme inutile

Mémoires d’un homme inutile

editionsperceneigeEn librairie le 12 septembre 2017
Par Camilien Roy

Genre/Public : Roman, Grand public
Mots-clés : Maladie, mort, fuite, crise existentielle

 
c1_memoires-d-un-homme-inutile
TÉLÉCHARGEMENT
Communiqué de presseCouverture haute résolution Photo de l’auteur

Je désire recevoir un exemplaire en service de presse

 

 

RÉSUMÉ
Un an jour pour jour après avoir divorcé de sa femme, Dubreuil apprend qu’une tumeur maligne s’est logée dans son cerveau et que ses jours sont comptés. Se sachant condamné à mort, il refuse les traitements de chimiothérapie qui auraient pu prolonger sa vie et quitte tout pour aller s’installer dans un chalet au bord de la mer, à Saint-Perrin, où personne ne le connait. Là, sur un cap de roc escarpé donnant sur une plage bourrée de touristes, Dubreuil se lance dans une quête de soi-même qui l’amène à poser un regard à la fois très dur et humoristique sur la manière dont il a mené son existence. Paradoxalement, alors que son corps dépérit chaque jour, le narrateur n’a jamais semblé aussi vivant : l’écriture thérapeutique lui permet en effet de faire la paix avec son passé et d’accueillir la mort en toute sérénité.

 

EXTRAIT
Après m’être aspergé le visage d’eau froide dans la salle des toilettes d’une station d’essence, je me suis informé auprès du jeune préposé s’il y avait des chambres à louer dans la région. Il a écrit sur un bout de papier le prénom et le numéro de téléphone d’une femme qui, apparemment, pourrait m’aider. Il m’affirma que Madame Ginette pouvait surement me dénicher quelque chose ou du moins m’aider dans mes recherches. Et justement, Madame Ginette, une femme d’une soixantaine d’années avancées, petite taille, visage rond et rose, était propriétaire d’une demi-douzaine de chalets qui s’alignaient le long de la plage. Ses chalets étaient, même si elle insistait pour me convaincre du contraire, à quelques détails près identiques et tous aussi insignifiants les uns que les autres. Complètement indifférent, j’allais partir lorsque j’en aperçus un qui était un peu à l’écart des autres. Il était construit sur un cap de roc escarpé qui, comme la proue d’un bateau, me donnait l’impression de fendre la mer. C’était de toute beauté. Je lui ai demandé s’il était à louer.

– Bien sûr qu’il est à louer ! Mais personne n’en veut. Les gens qui ont des enfants trouvent qu’il est dangereux et les couples sans enfants n’aiment pas le bruit des vagues qui viennent s’écraser sur le muret de pierre. C’est à n’y rien comprendre, louer un chalet sur la plage et ne pas aimer le bruit des vagues. Aussi bien rester en ville. Je le loue à l’occasion pour des réunions d’affaires ou pour des longs weekends à des groupes de jeunes qui veulent faire la fête, même si ça nous occasionne plus de tracas que de revenus. J’avais prévenu mon mari quand il l’a fait construire. Il est trop gros, trop éloigné des autres ton chalet, que je lui répétais. Il ne m’a pas écoutée. On le louera à des gens qui veulent la tranquillité, disait-il. Eh bien ça n’a pas marché. Maintenant nous sommes pris avec. Pourtant, il est tout neuf, et l’intérieur est vraiment joli. On peut visiter si vous voulez !
– C’est inutile, je le prends.
– Pardon ?
– Pas de visite, c’est lui que je veux, donnez-moi les papiers.
– Vraiment ! Bon, c’est comme vous voulez.

J’ai réglé à l’avance les six premiers mois de location en argent comptant. Je signai, sous un faux nom, le contrat de location que la propriétaire s’était empressée de sortir de sa mallette. Soulagée d’avoir enfin trouvé preneur pour son chalet, elle ne me posa aucune question. Elle compta deux fois l’argent, pour le reste, la vie privée de ses locataires, de toute évidence, elle n’en avait rien à foutre. L’entente était scellée et tout le monde était content.

 
 

BIOGRAPHIE
photo_camilien-roy-c-christopher-lovegroveCamilien Roy est originaire de Robertville au N.-B. et il est psychologue de formation. Il travaille comme conseiller en orientation avec une clientèle adulte. Parallèlement à sa carrière, il publie un premier roman en 2000 aux Éditions Perce-Neige, La première pluie, pour lequel il a reçu le Prix Antonine Maillet Acadie Vie et le Prix France-Acadie. Son roman-essai L’art de refuser un roman publié chez Stanké en 2007 a été traduit en italien, en espagnol, en portugais, en coréen et en roumain. Camilien Roy vit à Bathurst, Nouveau-Brunswick.

 

 

 

FICHE DÉTAILLÉE
Éditeur : Éditions Perce-Neige

Auteur : Camilien Roy
Originaire de : Bathurst, Nouveau-Brunswick
Lieu de résidence : Bathurst, Nouveau-Brunswick

Genre : Roman
Public cible : Grand public
Pages : 286 pages 
Grandeur : 5 x 7,5 pouces
ISBN : 978-2-89691-207-0

Prix : 25 $